Théâtre
& Formes

Siffleurs de danses

Pièce pour deux acrobates et voix adolescentes

La voie des oiseaux

Il y a quatre ans disparaissait soudainement Daniel Fabre dont je fus l’élève à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Daniel Fabre faisait une superbe anthropologie de l’aire occitane, méditerranéenne et pyrénéenne. Il décrivait des formes esthétiques qui m’éblouissaient. Elles réveillaient les souvenirs de ce que j’en avais vu et ressenti dans le Rouergue, veillées, fêtes, marches forestières, tenues au dehors. Il était de Narbonne, il aimait les Corbières. Lorsque plus tard il a œuvré avec le metteur en scène Massimo Furlan et a découvert le travail scénique du GdRA, nous avons évoqué l’idée de faire ensemble. Fabre décrivait la chasse aux oiseaux que menaient les garçons des campagnes, les tapages violents qu’ils engageaient la nuit, il parlait des fêtes de l’ours dans les Pyrénées où les jeunes hommes se transformaient en thériantropes fous. Il avait parfaitement décrit l’initiation invisible qui distinguait les femmes des hommes dans les sociétés de nos grands- parents et qui marque encore les corps des jeunes collégiennes et collégiens, lycéennes et lycéens, entre sexualités, explorations des limites, vers le sauvage, la désobéissance, la transgression, la métamorphose et l’identité.

Julien Cassier, à la lecture des textes de Fabre sur la jeunesse, me dit voir comme un portrait du circassien en déséquilibre, cherchant la chute, le vol, le point de rupture, toujours à partir du corps extrême, du corps en épreuve, du corps limite, dans l’engagement de la chair. Il aimerait faire avec Fabre, moi aussi. Daniel Fabre revendiquait ses affluences occitanes. Il était fier d’avoir œuvré à Toulouse. Siffleurs de danse s’inspirera de ses attaches en Région Occitanie, entre les Corbières et l’Albigeois, le Rouergue et le Toulousain, les vallées des Pyrénées jusqu’à l’Espagne, autant de pays où Daniel a travaillé. Elle verra le jour en 2021.

Une pièce pour deux acrobates et des voix adolescentes

Deux acrobates évoluent en chorégraphie au son des paroles de Daniel Fabre et d’adolescents, enregistrés dans des lycées et collèges du pays occitan, en contexte urbain et rural, mais aussi ailleurs dans d’autres régions : paroles et accents de jeunes sur la transformation de soi, points de vue du chercheur. Les acrobates sifflent, crachent, portent des costumes dans lesquels se combinent le sauvage et le domestique, l’humain et le non humain, les traditions et styles urbains et ruraux, les genres féminin et masculin. Peaux animales, plumes, suie, chaînes, cloches, bâtons, crânes et cornes, luttes, cris et sifflements d’oiseaux... autant d’objets et de gestes comme possibles chorégraphiques. Gestes, danses, paroles et silhouettes questionnent et montrent la métamorphose de la jeunesse, entre approbation et transgression, genres et règles, domestique et sauvage, sifflement de l’oiseau, sexualités et figure de l’ours, fragilités et expressions.

Daniel Fabre travaillait ce thème de l’initiation féminine et masculine « invisible » à partir de terrains contemporains où les garçons chassent, se déguisent, aiment les engins, imitent les oiseaux et les bêtes... notamment dans les Pyrénées et à partir de l’imaginaire de l’ours. Il est frappant de retrouver dans les villes et quartiers, à Paris ou à Marseille, les enjeux et les stéréotypes masculins de la ruralité dont parlait Fabre. Pour Siffleurs de Danse, nous entendrons des extraits de la conférence Condorcet de Daniel Fabre, prononcée en 2015 à Paris, remis en jeux et en échos par les acrobates et leur musique : des témoignages de la jeunesse en 2020. Le texte sera traduit à minima pour offrir le sens des paroles, magnifier les langues, et permettre une vision aisée de la pièce des deux côtés des Pyrénées où elle voudrait être jouer.

Siffleurs de danse sera une forme légère, montrable sur une place publique, dans une cours de collège ou de lycée, dans une salle des fêtes ou dans la salle d’un théâtre. Elle s’adressera particulièrement à la jeunesse entre 12 et 18 ans, dont elle donnera à entendre des voix : comment se transformer et devenir à cet âge là ?

[+]
[mode lecture]